Michel Burkhard

Maître incontesté du collage “Scratch” qui, à sa manière, découle très légèrement du marouflage pour la raison première que chaque œuvre recourt au collage mais très partiellement. Chaque œuvre, en effet, et sur sa surface entière, utilise les découpages scalpés sur journaux et revues constituant en quelque sorte la palette. Le rouleau adhésif pour sa part se mue en véritable pinceau. Alors c’est bien le mot “Scratch” qui, rappelant le bruit de découpe du ruban, caractérise phonétiquement les travaux de Michel. (J-G Samacoïtz)

Philippe Deriviere

Créations stylisées en argent incrusté, ou non, de pierres taillées ou autres éléments naturels (corail, ébène,…). Pièces uniques entièrement façonnées selon les méthodes traditionnelles. Bijoux contemporains réalisés sur commande et sur mesure.

Jean – Marc de Balthasar

Né à Colmar dans les années 60, Jean-Marc de Balthasar vit et travaille dans la région de Strasbourg. Autodidacte, il se définit comme un artiste quantique dont l’activité est principalement centrée sur la photographie. Sa créativité peut néanmoins s’exprimer sous différentes formes non exhaustives comme l’image fixe ou animée, l’objet, le dessin et la peinture, la cuisine, les sons et la musique.
En 2016 une rencontre emblématique le guide vers le projet humaniste 1pic4peace (une image pour la paix) visant à développer et se (re)connecter à l’amour, la paix et l’harmonie en réalisant des portraits avec les mains jointes en namasté de gens croisés au hasard du chemin. Après plus de 3000 portraits, il a été convaincu des vertus thérapeutiques de la photo en particulier et de l’art de manière générale. On entend souvent dire qu’une image vaut mille mots, imaginez la puissance de milliers de mots en images pour soigner les maux
et élever la conscience et la vibration de ce monde. Faisant confiance avec la justesse de son intuition, c’est actuellement une voie qu’il se propose de suivre : contribuer à l’équilibre du monde par des portraits d’humains qui révèlent
la joie et la beauté de l’âme en harmonie avec les éléments et la nature, en y associant parfois des symboles et formes de géométrie sacrée.

Sonia Verguet

Sonia Verguet est designer. Elle cuisine ses projets à différentes échelles (objet, scénographie, vidéo, livre, croissant) et dans des domaines aussi variés que l’évolution des traditions, l’usage du rêve dans le quotidien en passant par celui de bon sens subjectif. Elle vise à enrichir le quotidien de sens.

Timothée Ostermann

Je m’appelle Timothée et je fais de la bande dessinée depuis toujours. Un peu de foot aussi.

Eloise Rey

J’ai 37 ans et je suis graphiste et illustratrice.

J’ai étudié la littérature avec vue sur les Alpes, l’impression textile sur une colline de Lyon,
le graphisme et l’édition à Strasbourg, où j’ai fini par m’établir pour pratiquer l’illustration.

De toutes ces formations, j’ai gardé le goût des histoires, de la poésie surréaliste et du jeu, du motif, de la trame et des couleurs vives, de la composition et de la calligraphie.

J’aime faire osciller mes lecteurs·trice·s entre humour et étrangeté, et jouer de la contrainte pour provoquer une narration.

BIG — Bureau d’Intervention Graphique

Mon activité artistique est engagée dans une démarche sociale et coopérative qui explore de manière expérimentale le design graphique.

Fin 2018, je crée Le BIG – Bureau d’Intervention Graphique qui a pour ambition d’ouvrir des espaces de co-créations in situ questionnant les territoires, les habitants et leurs usages. En fonction des projets, cette structure rassemble divers artistes, graphistes, designers, urbanistes, sociologues…

Les projets du BIG expérimentent des outils et des protocoles de création
permettant de récolter, questionner, transformer, créer de la matière sensible
issue des territoires. Cette matière se manifeste sous forme de paroles,
d’histoires, d’usages, d’images, de signes, de couleurs…

La remorque dépliante du BIG est un outil phare de la structure. Elle
permet d’activer des projets participatifs dans l’espace public en proposant
un interstice de création et de partage. Sa présence fait signal, et permet
de scénariser l’action de l’équipe artistique sur le terrain.

De 2013 à 2018, c’est avec Florent Vicente, que je créais Les Trames Ordinaires, un studio de graphisme mobile. Durant ces années, de nombreux projets participatifs et de commande graphiques ont été menés auprès de collectivités, structures culturelles et sociales, et entreprises.

Françoise Marmillot

Elle passe des feutres pointe fine aux aiguilles, des tapisseries aux fils à broder, des pastels secs aux fils métalliques. Françoise Marmillot a démarré sa carrière dans les arts plastiques à L’Évasion, lors du lancement en 2004 de cet Esat artistique et culturel unique en Alsace. Les techniques qu’elle emploie se sont enrichies au fil des projets, que ce soit au sein de L’Atelier ou au sein de la Compagnie de L’Évasion, dont la spécialité est le théâtre d’ombre et la création visuelle. Ses couleurs de prédilection sont à la limite des tons francs, délicatement fanées, comme des fleurs qui auraient juste dépassé leurs plus belles heures. Des fleurs que Françoise voit quasi-quotidiennement lorsqu’elle se rend dans son jardin partagé ou dans les arbres et autres végétaux qu’elle aperçoit tout au long du chemin bucolique qui y mène. Que ce soit en peinture, en gravure, en couture ou en sculpture, ses sujets –personnages, animaux, végétaux…– se parent d’une pointe de tendre naïveté. Sa grande spécialité? Des petites marionnettes qu’elle forme en fil de fer, de coton et de laine, et qu’elle pare de boutons et autres bouts de tissus de récupération.

Mots clés. Couleurs, fleurs, bonheur, labeur, végétaux, oiseaux, marionnettes, couture, gravure, collage, récup’.

Claudine Gambino

 Je couple dans ma pratique dessins et volumes céramiques .
De ce jeu de réponse entre la fragilité du papier et la matérialité du grès s’initie un espace de signes, traces éparses ; ma pratique céramique développe une série de pièces en grès émaillé : trophée évoquant l’arme, l’outil, la branche, le pot … Les dessins, sur feuilles épinglées au mur, illustrent et détournent, invoquent et dansent autour.
Mon travail s’origine de l’objet. Objet usuel, quotidien, domestique: ici cuillère et bouteille. Je les hybride et les transfigure par leur technique même de façonnage, qui joue de multiples collage, accros et rajouts. Dans usule j’entend usure…
Le terme de “trophée”, qui pourrait désigner chacune de mes pièces, convoque àa la fois dépouille et butin; cela témoigne d’une sorte de violence ou de contrainte dont chacune se souvient et porte trace.
“Sunt lacrimae rerum”.