Manon Ficuciello

Mon travail passe de la conceptualisation des images aux complexités de l’illustration et découle de nombreux entre-deux dans lesquels j’ai évolué. J’ai grandi sur la French Riviera, une histoire d’amour de part la magnificence de ses décors mais aussi une histoire de haine de part la politique de surveillance mise en place. Métissage et adoption m’ont amenée aux notions de dualismes : ceux que renvoie l’autre et ceux dans lesquels je me suis construite.

Adolescente, je baigne dans l’atmosphère discriminatoire de ma ville natale, et réfugie ma quête identitaire dans les nouvelles possibilités d’internet : imprégnée entre autres du boom culturel japonais arrivé par la toile, les questions d’identification m’intéressent, qu’elles soient dans le monde physique ou virtuel. Ces moments où les deux réalités se côtoient sont une faille sur laquelle je prend du recul pour penser mon positionnement, adoptant ainsi une démarche entre chronique et anticipation de nos mondes.

Si il y a une imagerie internet, elle est ma source visuelle, sa construction sociale, un regard sur nos sociétés.

RABAH ZERKOUT

IDENTITÉ: 56 ans, type: Afrique du nord, origine: Arabo/berbère, nationalité: Algérienne, sentiment d’appartenance: changeant, vie et travail à Mulhouse France, marié, 3 enfants …
RÉFLEXION: Enthousiasme, Temps, Espaces, Matières, Doutes, Méfiances et autres incertitudes.
PRATIQUES ARTISTIQUE : l. Questionnement principalement poétique sous des formes multiples au caractère néoromantique à tendance conceptuel et minimal. Avec un goût prononcé pour l’expression via: la matière, les dispositifs, la mise en scène…
Volonté d’interroger le medium ART …

MANDRIL

Villes tentaculaires, cathédrales des temps modernes aux ambiances post-apocalystiques, les mondes de Marc Ferrario alias Mandril aspirent et engagent à la réflexion sur l’utopie urbaine. L’artiste qui vit et travaille à Neuchâtel en Suisse crée des mondes fantastiques ciselés au Rotring et lavis d’encre de Chine. Une patience d’entomologiste à l’œuvre pour observer et épingler l’humanité.
Ses illustrations sont nourries d’images de science fiction tout autant que de visions philosophiques et théologiques ancrées dans ses études universitaires. Qu’il participe au Water Tank Project visant à redessiner la ligne d’horizon de New York en intervenant sur les containers à l’eau qui parsèment les toits, ou à travers 2095 Cityscape, Mandril s’inscrit toujours dans une invitation à repenser le monde. Dans la lignée des philosophes utopistes.

Markus Buser

un-stet
un-stet (dis-continu, in-stable) est une grille de temps composée pour des
événements optiques et/ou acoustiques quelconques : Lumière, images,
sons, bruits.
Le principe de composition repose sur la superposition de séries de
nombres de Fibonacci croissants et décroissants.
Au cours d’un intervalle de temps, 8, 5, 3 et 2 événements se produisent
dans quatre couches. Les intervalles de temps sont également allongés et
comprimés selon le principe de Fibonacci : 8, 13, 21, 34 . . . etc. secondes.
Il doit y avoir trois versions de chacun des quatre événements : par exemple
plus haut, plus bas pour les événements sonores, plus clair, plus sombre
pour les événements d’image ou de lumière, etc.
En permutant les versions et en les combinant avec la diversité des
intervalles de temps, on obtient ainsi, avec peu de moyens, une riche
alternance dans l’ensemble du parcours temporel – la probabilité de
répétition de la même séquence est pratiquement nulle.
La durée du cycle peut être adaptée à n’importe quelle durée de
fonctionnement de l’installation.
avril ´22

François Martig

 

Plasticien-Artiste sonore | Preneur de son

Travail sonore disponible sur les labels:

Univers International (F) Vibrofiles (F)
Second room (BE) Biv0uac (US) Adozen(SWI) Desetxea(ES/DE)

Ketheryn BABST

Spirit of spuds.

Artiste multiculturelle, multiface, interlope, mes collages numériques et mon univers graphique s’articulent autour de la solanum
tuberosum. Dans mes collages numériques, je joue de l’absurde, de mes maladresses et de mon incompréhension globale du monde
qui m’entoure, comme une enfant tentant de transformer sa purée en volcan sans jamais y parvenir. Il en résulte bien souvent
des images singulièrement déséspérées, grinçantes parfois, bienveillantes toujours.

(Thanks to Heidi Kuhl for the translation)

Victor Bethenod

Architecte de formation je m’intéresse depuis mes années d’études au montage photographique. Créées à l’origine pour la représentation architecturale, ces compositions digitales ont évolué au fil du temps ; glissant ainsi vers des images où l’architecture disparait pour laisser place au paysage, où la trace de l’Homme s’amenuise au profit d’une nature vierge, colossale, et « submersive ». Empreinte d’inspiration romantique, mes « images composites » représentent le plus souvent la nature toute puissante, mystérieuse, où l’Homme doit – dans ce siècle plus que tout autre – réapprendre à trouver sa place.

Thibaut Lemoine

/ perception / résonance /

trace / partition / composition /

électronique / modulaire /

diffusion / dispersion /