Lenore McIntyre

J’aime le dialogue, les conversations, l’échange. On se comprend ou l’on ne se comprend pas. On est vague, on est précis, on se loupe, on se fâche, on est intime en se dévoilant. Le lien entre l’intérieur et l’extérieur m’interpelle, et son ressenti de ce qu’il crée à l’extérieur de nous. J’aime la tension entre ces deux mondes ou la dualité du dedans et du dehors se côtoient. La recherche des couleurs et des formes, et la communication qui se manifest entre elles est intriguant. C’est tout autant une conversation, une collision, où l’on se percute à de nouvelles possibilités qui se révèlent. C’est ainsi que la célébration des états humains, les émotions, les sentiments, les vécus, les conflits et les déceptions sont visible. J’observe le mouvement, les interactions, les liens, la réactivité, le respect pour ce que les personnes ont construit entre elles. Ces aspects sont traduit visuellement dans ma pratique artistique. Quelquefois je suis dans une sorte de vacuité. Quelquefois je réagi. Ainsi, ma peinture joint un amour de la couleur à un respect et une fascination pour des états intérieurs ressenties. Mes compositions sont des traductions de sentiments en couleur, en forme, en lumière, et en mouvement tracés sur ma toile.

Vincent Konik

Mon champ d’activité artistique reste varié, de la peinture figurative à celle qui n’en relève pas, de l’installation en volume jusqu’à l’interaction possible entre un texte et un environnement. J’essaye de réagir de manière sensible, par le moyen de formes et de couleurs, à la succession d’évènements produits par le monde proche et lointain. La nostalgie est pour moi une puissante source d’inspiration.

Anémone Misti

Je crois que l’on dessine sans toujours trop savoir pour quoi ni pour qui. Je pioche dans les mythes et les récits de mon enfance ainsi que dans les époques où je n’existais pas encore. Je vais chercher dans mes troubles pour leur donner une autre manière d’exister. Pour parvenir à ma forme, j’ai eu besoin des oiseaux. Ils m’aident à organiser mes traits précis à outrance, les incisions de mes gravures mais aussi parfois les couleurs de mes peintures.

Jacques Bauer

A chaque thème, une nouvelle technique s’impose à moi, s’élabore et s’affirme. Trouver une légèreté, peindre d’une manière assez ouverte, comme en décalage entre matière et non-matière, voir ce qui est entre et non dans. Quand quelque chose résonne, quand elle est autre que l’apparence, ailleurs que dans l’intention. La peinture est ma forme d’écriture, une écriture muette qui s’inscrit dans un espace qui devient geste, mouvement, danse, et que ça bouge et que ça tourne jusqu’à trouver un équilibre, une justesse, un souffle, un idéal entre le geste et la matière.Une écriture, la plus minimale possible, la plus dépouillée.

Les J’mages

Les J’mages rassemblent deux faiseuses d’Images, Jeannine et Julie-Anne Weber, une mère et sa fille, complices dans leur regard sur le Monde qu’elles osent réinterpréter avec un zeste de folie et un brin de magie… Derrière son objectif photographique, la première saisit au gré de ses pas, aux détours des chemins, les beautés naturelles de petites merveilles parfois ignorées. Nourrie de contes et légendes, la seconde quant à elle utilise la technique de l’aquarelle pour illustrer ses rêves, revisiter et enchanter la pellicule. Leurs deux arts visuels réunis offrent, aux petits comme aux plus grands, des « tableaux-photos » oniriques et récréatifs, emplis de fantaisie, de poésie et d’espièglerie, au travers desquels chacun pourra s’évader du quotidien et s’inventer quelque historiette peuplée de créatures imaginaires… Les J’mages ont également choisi de décliner leurs créations originales sur des impressions textiles pour des coussins ou des transats inédits propices à la rêverie.

Decko

…/Decko/veut embrasser le monde, en saisir l’unité profonde – de l’infiniment grand à l’infiniment petit – dans ses rythmes sériels et ses variations fractales ; mais aussi en appréhender les fréquences et les vibrations, les forces et les énergies, pour en traduire à la fois l’ordre et le désordre, la genèse et le chaos… Tout cela par des lignes et des couleurs où la symétrie joue un rôle majeur autour d’un axe dont les irrégularités demeurent aléatoires : les lois de la physique se confrontent aux théories de l’incertitude !   Dans l’univers de Decko, la place de l’homme n’est pas oubliée, la sienne en particulier avec l’inclusion dans ses toiles de souvenirs personnels (Carnet de route) et familiaux (Ouranopolis). Quant aux symboles et aux signes, empruntés à diverses civilisations ou inventés, ils traduisent l’héritage commun de l’humanité (Traces). Mais l’artiste sonde avant tout la matière et trace son chemin dans des espaces indifféremment réels ou imaginaires qui mêlent géographie personnelle, rêverie scientifique et interrogation transcendantale. La peinture de Decko, méticuleuse et précise jusqu’à l’ascèse voire l’obsession, se donne ainsi comme une invitation à la méditation. Joël Delaine, conservateur en chef des Musées municipaux de Mulhouse in catalogue « Echo des origines », Mulhouse, novembre 2014 Ces résonances jouent une partition énigmatique dont on ne peut que ressentir la fréquence secrète, telle un soubresaut tellurique surprenant de sa secousse inattendue la quiétude d’une surface endormie. Dominique BANNWARTH (“L’harmonie invente le chaos ” in catalogue “Voyage à travers la matière”, mars 2003, Musée de Voïvodine, Novi Sad, Serbie). “…Et puis il y à l’incessant aller retour devant la surface ; comme l’on peut se placer devant un mur infranchissable pour prier. Le peintre y revient tous les jours de nombreux jours, voir des années…”. Claude ENGEL, (in “La durée du désir”, lettre à Decko, La Réunion, 2014)

Clothilde Anty

Née le 23 janvier 1987 à Angoulême, elle a étudié à l’École Supérieure des arts décoratifs de Strasbourg et à l’École Nationale Supérieure d’art de Limoges-Aubusson. Vit et travaille à Strasbourg. Le dessin, toutes techniques confondues (aquarelle, crayons, fusain, encres…) est son moyen d’expression privilégié.

Cédrine / Comme Cédric

Cédrine Stephan, sous le pseudonyme Cédrine / Comme Cédric, créé et illustre un univers imaginé et imaginaire, délicat et végétal. De l’aquarelle, matériau de prédilection à la linogravure en passant par la complémentarité des couleurs crayonnées et de son criterium, deuxième outil de prédilection, l’illustration se construit au fil des jours, en fonction des rencontres humaines et végétales. Des points cousus à même le papier viennent de temps en temps liés les différents éléments croqués. De cette mixité technique nait une nouvelle ode à la nature, la faune et la flore prennent vie, légèr.e.s, aérien.ne.s. Le cadre stoppe la création, pour mieux la reprendre un format plus loin, ce qui l’amène à illustrer des petites séries, des ensembles thématiques. Travailler en grand est un challenge, dessiner sur format haut comme trois pommes permet le travail d’infimes petits détails d’une importance cruciale à ses yeux.

Nadine Untereiner

Mon travail actuel porte sur la peinture d’un paysage dont je fixe et interprète les variations, d’un poste d’observation et d’évasion dont je tais le nom car il m’offre la liberté. J’apprends depuis quelques années à me familiariser avec les techniques de la gravure à l’eau forte . Précédemment c’est le matériaux textile qui m’a inspirée. J’en ai montré les productions lors de 2 expositions en particulier. Au château de Thanvillé une installation nommée “Paysage et petites coutures”: 60 petites pierres en tissus sur une plage de sable. A la galerie de “La Pierre Large”à Strasbourg, un ensemble d’objets en tissus inspirés de la cafetière italienne rassemblés sous le titre “Objets de consolation pour adultes” J’ai appris la technique du modelage à l’atelier de Louis Buecher. Mes personnages en céramique sont crées d’après de nombreux dessins exécutés avec modèle vivant. Le dessin et davantage l’aquarelle sont mes gammes depuis que je suis installée dans cet atelier; quand le temps est clément je travaille en extérieur. Mon activité principale est le métier d’enseignante en arts plastiques dans un collège.