Bernard Zimmermann

Autodidacte, photographe amateur, je me suis tourné il y a plusieurs années vers l’expression graphique au sens large : acrylique, aquarelle, crayon, fusain, pastels, table graphique…. Qu’importe le moyen et le support, toile, papier, carton d’emballage etc.. Pour moi l’essentiel réside dans le résultat. Quant au sujet même s’il m’arrive de m’en éloigner, il reste centré sur l’être humain.

Ugo Lange

Dessinateur prolifique, Ugo Lange pratique un art multiforme qui couvre une grande palette d’ex- pressions graphiques, depuis le croquis aide-mémoire jusqu’aux descriptions détaillées et minu- tieuses de ses planches « méta-réalistes ». Il utilise des outils traditionnels : graphite, crayon de couleur, aquarelle, gouache, lavis d’encres, sanguine, sépia… S’exprimant sur difféentes textures de papier, il joue aussi sur la présentation des supports adaptés à l’espace d’exposition. Ne pouvant entrer ici dans le détail de ces nombreuses œuvres qui méritent chacune l’attention du regardeur, nous citerons plus précisément deux ensembles qui font bien comprendre le processus de l’artiste et les valeurs qui le sous-tendent. Installé alors dans une commune populaire
de la région parisienne, l’artiste y effectue de longues balades en solitaire et découvre son environnement, sorte de road-movie au ralenti ! Il nourrit son carnet de croquis de fragments d’objets, de personnes ou de végétaux captés en des instants fugaces. Plus que la photo dont il dénonce la « platitude », le dessin lui permet de projeter simultanément son propre univers mental fait de mémoire et d’imagination. Il compose les pages de U à la ville, en tentant d’exprimer la porosité entre ces deux mondes : le « réel » et les impressions venues d’un ailleurs très personnel. À la fois observateur et celui qui rend compte de ses observations, l’artiste se met parfois en scène comme pour en revendiquer la subjectivité, ouvrant un nouveau champ de liberté au regardeur qui peut proposer d’autres interprétations ou bâtir ses propres uchronies.
L’artiste évoque aussi le biologiste prussien, Ernst Haeckel, grand artiste dans la façon réaliste
et esthétique de dessiner les filaments des méduses et autres cnidaires flottant dans l’eau en pensant dit-on, à la chevelure de sa propre femme…Les planches raffinées de ce scientifique qui étudiait les rapports des espèces vivantes avec leur environnement (il inventa le mot « écologie ») ont suscité l’intérêt de notre jeune artiste, lui-même engagé dans une réflexion écologique et cosmogonique qui rejoint, à partir de l’art, les théories du penseur. Dans ses Portraits-coraux, la tête d’un monstre, identifié comme être humain grâce au vêtement qui habille son buste, apparaît comme un magma très coloré d’improbables madrépores, polypes et autres coraux marins, voire aussi de fragments d’êtres fantastiques issus de son imagination. Par là, l’artiste entend s’opposer aux théories anthropocentriques et redonne à l’Homme sa juste place dans l’univers. À côté du savant naturaliste, l’écologiste établit les rapports qu’il pourrait y avoir entre ladite montagne et la fourmi et comment les entretenir. Quant à l’artiste, il imagine, grâce à eux, des mondes à venir, encore invisibles mais issus de ceux-là, assemblant des formes exubérantes qui expriment la puissance et la diversité du vivant, qui ouvrent tous les champs du possible. Texte d’Odile CRESPY

Viktoria von der Brüggen

Historienne de l’art de formation, Viktoria von der Brüggen développe depuis une dizaine d’année une pratique artistique personnelle en explorant la terre comme médium. Sa pratique naît de l’émerveillement face à la vivacité et la fragilité de la nature, avec ses formes, ses nuances de couleurs et ses phénomènes de lumière infinis. Son processus de création combine deux approches de la matière : des mouvements spontanés, qui suscitent des réactions inattendues de la terre, alternent avec l’assemblage de fragments préexistants et disparates fusionnés grâce à un travail d’émaillage complexe. Il en émerge des œuvres dont les formes peuvent s’apparenter au monde végétal, animal ou géologique, évoquer des phénomènes plus immatériels, tels des nuages, rappeler parfois des artefacts. Depuis quelques années, ces formes s’entrecroisent et se mêlent dans des configurations composites, modifiant et élargissant ainsi leurs champs de significations.

Jacques Thomann

Du monde, j’observe la « brutale beauté ». Et en retranscris les pulsations dans une peinture où la séduction de la couleur ne souligne que mieux certaines noirceurs de la nature humaine. Ma peinture constitue une inquiétante invitation au voyage. Plus exactement aux voyages intérieur et extérieur. Une dérive hallucinée dans les territoires de la poésie comme dans ceux du réel. Dans le temps du rêve comme celui du désenchantement.  » Il est étonnant de remarquer combien le travail de Jacques Thomann se révèle à la fois percutant et d’interprétation complexe. Il se livre, porté par une pure énergie de la couleur, dans une vraie-fausse immédiateté. Au spectateur de cheminer à travers les interstices d’une œuvre qui fonctionne en strates, plis et replis, découpages – par séquences multiples sur une toile unique ou par diptyques.IL réalise à l’huile des images équivoques dont l’attractivité est hantée par des indices qui invitent à se méfier des apparences. Comme dans le « vrai monde » ? C’est effectivement sur lui qu’il promène son regard admiratif et désabusé, depuis plus de cinquante ans. Un regard nourri de ses pérégrinations à l’étranger – ses carnets de voyage ont été repérés à la biennale que Clermont-Ferrand consacre au genre – mais aussi du spectacle souvent désolant, parfois merveilleux, qu’offrent ses frères humains ».

Chihiro Shiomi

Je peins le monde du point de vue d’une petite fille, pour me souvenir du beau monde imaginaire que je voyais quand j’étais enfant.Un jour j’ai découvert la beauté de l’Alsace et j’ai voulu l’intégrer dans ma peinture.Et je suis là.

Emeline Lombrez

Le Bordel de Em. est un petit « bordel » graphique & coloré avec de l’aquarelle (originaux, reproductions) au style croquis carnet de voyage, croqué sur le vif avec quelques fleurs séchées (ramassées et séchées par mes soins) en passant par des illustrations digitales, des stickers, cartes postales, marque-pages, badges, tote-bag et ateliers d’aquarelle.

Mes différentes pratiques artistiques se nourrissent les unes des autres pour se mélanger et créer de belles images. J’aime retranscrire ou cacher des souvenirs mêlés à mon regard sur les choses banales du quotidien. Les petits trésors de vie.

Lenore McIntyre

J’aime le dialogue, les conversations, l’échange. On se comprend ou l’on ne se comprend pas. On est vague, on est précis, on se loupe, on se fâche, on est intime en se dévoilant. Le lien entre l’intérieur et l’extérieur m’interpelle, et son ressenti de ce qu’il crée à l’extérieur de nous. J’aime la tension entre ces deux mondes ou la dualité du dedans et du dehors se côtoient. La recherche des couleurs et des formes, et la communication qui se manifest entre elles est intriguant. C’est tout autant une conversation, une collision, où l’on se percute à de nouvelles possibilités qui se révèlent. C’est ainsi que la célébration des états humains, les émotions, les sentiments, les vécus, les conflits et les déceptions sont visible. J’observe le mouvement, les interactions, les liens, la réactivité, le respect pour ce que les personnes ont construit entre elles. Ces aspects sont traduit visuellement dans ma pratique artistique. Quelquefois je suis dans une sorte de vacuité. Quelquefois je réagi. Ainsi, ma peinture joint un amour de la couleur à un respect et une fascination pour des états intérieurs ressenties. Mes compositions sont des traductions de sentiments en couleur, en forme, en lumière, et en mouvement tracés sur ma toile.

Vincent Konik

Mon champ d’activité artistique reste varié, de la peinture figurative à celle qui n’en relève pas, de l’installation en volume jusqu’à l’interaction possible entre un texte et un environnement. J’essaye de réagir de manière sensible, par le moyen de formes et de couleurs, à la succession d’évènements produits par le monde proche et lointain. La nostalgie est pour moi une puissante source d’inspiration.

Anémone Misti

Je crois que l’on dessine sans toujours trop savoir pour quoi ni pour qui. Je pioche dans les mythes et les récits de mon enfance ainsi que dans les époques où je n’existais pas encore. Je vais chercher dans mes troubles pour leur donner une autre manière d’exister. Pour parvenir à ma forme, j’ai eu besoin des oiseaux. Ils m’aident à organiser mes traits précis à outrance, les incisions de mes gravures mais aussi parfois les couleurs de mes peintures.

Jacques Bauer

A chaque thème, une nouvelle technique s’impose à moi, s’élabore et s’affirme. Trouver une légèreté, peindre d’une manière assez ouverte, comme en décalage entre matière et non-matière, voir ce qui est entre et non dans. Quand quelque chose résonne, quand elle est autre que l’apparence, ailleurs que dans l’intention. La peinture est ma forme d’écriture, une écriture muette qui s’inscrit dans un espace qui devient geste, mouvement, danse, et que ça bouge et que ça tourne jusqu’à trouver un équilibre, une justesse, un souffle, un idéal entre le geste et la matière.Une écriture, la plus minimale possible, la plus dépouillée.