Zuzana Žabková

À travers ses performances, installations et œuvres vidéo, Zuzana Žabková combine l’art, la danse et la chorégraphie. Parallèlement à ses études académiques, elle s’intéresse également aux pratiques divinatoires, aux prophéties et récits somatiques, au storytelling ou encore à l’écriture de partitions.
En tant que membre et co-fondatrice du collectif hybride Björnsonova
l’artiste entreprend la création de zones décolonisées et sécurisées s’éloignant d’une perception binaire de la société.
À travers ses projets individuels ou collectifs, Zuzana Žabková réexamine la notion d’altruisme ainsi que les méthodes de valorisation du travail. Parmi ses collaborateurs nous retrouvons Tamara Antonijević (Serbie), Tanja Šljivar (Yougoslavie), Lucia Kvočáková (Slovaquie), Lucie Mičíková (République tchèque) et Nik Timková (Slovaquie).

Bernard Zimmermann

Autodidacte, photographe amateur, je me suis tourné il y a plusieurs années vers l’expression graphique au sens large : acrylique, aquarelle, crayon, fusain, pastels, table graphique…. Qu’importe le moyen et le support, toile, papier, carton d’emballage etc.. Pour moi l’essentiel réside dans le résultat. Quant au sujet même s’il m’arrive de m’en éloigner, il reste centré sur l’être humain.

Vida Zare

Vida ZARÉ Diplômée en physique nucléaire.30 années d’expérience dans la peinture. Suivi une courte période de formation au portrait en 1992 puis l’auto-apprentissage.Praticienne en art thérapie. Animatrice de langage créatif et de Bien-être.Habite à Saverne il y a 6 ans.Au fil des années et de sa forte passion pour la peinture et enfin son étude dans le domaine de l’art-thérapie, elle s’est engagée pour transférer ses connaissances artistiques, les échanges interculturels et les échanges générationnels.Elle enseigne la peinture/dessin pour tous les âges.Elle anime des ateliers de relaxation artistique et le bien-être pour les enfants et les adultes, également pour les personnes en situation de handicap et les seniors.Elle anime des séances d’arts visuels pour les enfants dans le cadre du projet PRE (Programme Réussite Educatif). Offrir des ateliers d’art ainsi que des séances de relaxation artistique : Ecole de Château de Saverne, Centre Socio Culturel de Saverne, Les Fêtes de cartier, Cloître des Récollets de Saverne, Arts et Flam’s à Neuwiller, Bibliothèque de Saint-Jean….Elle explore différents styles, d’ordinaire contemporaine. Des peintures uniques, guidées par son imagination et son inspiration.En plus de la toile, elle peint sur une variété de support, y compris les feuilles d’arbre, le mur, etc.Mandala murale : https://youtu.be/tSKVsl1Qy04

Za.wenger

L´atelier za.wenger est un atelier atypique, car c’est aussi mon lieu de vie, où je mêle mon habitation, mon atelier. Depuis 2010, mon atelier me suis dans mes différents lieu de vie, se construit, se réinvente, vit .

Marina Zindy

Marina Zindy vit et travaille à Lauw en Alsace dans la vallée de la Doller. Elle questionne l’identité forte de ce paysage occupé par les anciennes montagnes des Vosges et la rivière de la Doller. Une vallée est par définition un espace situé de part et d’autre d’un cours d’eau. L’eau est bien l’élément de la recherche artistique portée par Marina Zindy, cette exploration qu’elle déplace d’un territoire à l’autre. Pour donner corps à ces horizons qu’elle convoque, Marina Zindy crée des bouteilles en céramique qui semblent comme surgies des tréfonds de la terre, elle interroge une archéologie du voir afin de fabriquer des objets solides, en terre, puissants, presque ancestraux. Texte : Pascale Kieffer-Lietta, responsable de l’Artothèque de Montbéliard

Skander Zouaoui

« Mes oeuvres dérivent de mes préoccupations, réflexions et interrogations ; il ne s’agit pas de commentaires pour autant, pas tout le temps. Ce sont peut-être plus souvent des questions que des réponses. J’emprunte parfois au quotidien des formes qui sont facilement identifiables, j’aime les manipuler. En les refaisant, j’ai l’impression de les comprendre davantage, de les saisir un peu plus. La matière est un élément important dans mon travail, elle m’impose un temps nécessaire.» Skander Zouaoui

Skander Zouaoui est un sculpteur, un metteur en scène d’histoires. Il travaille aussi bien le modelage que le moulage, pour réaliser des pièces en céramique mais également en d’autres matières si le projet le nécessite. L’impression 3D fait également partie des processus de production qu’il intègre dans son travail et vient revisiter le travail manuel.

Parmi ses questionnements, le rapport de l’homme au paysage, et tout d’abord celui qui l’environnait, enfant, en Tunisie. Il rend hommage aux rituels en lien avec les repas traditionnels. Le jardin d’Eden, aux fruits et à la végétation luxuriante, qui l’entouraient, s’oppose à l’aridité des sols. Élargissant son propos à la mémoire des plantes, ou à la transmission des objets fabriqués par l’homme, il dénonce les excès de la consommation dans ses sculptures de fruits en trompe l’œil ou dans des installations en écho à la révolution de jasmin.

Artiste engagé, Skander Zouaoui s’interroge sur la perception par l’Homme de son environnement et de la planète. La curiosité le meut, il interroge les visions des explorateurs du XVIe comme celles des encyclopédistes du XVIIIe. La nature, l’action de l’homme sur son environnement, mais également la poésie du monde, constituent autant de sujets de recherche pour cet artiste, en perpétuel questionnement.

Juliana Zepka

Juliana Zepka est une chercheuse et artiste portée par le devenir des archives dans leur processus de digitalisation. Ses recherches portent sur la notion d‘archive comme « pièce rapportée » et « d’anarchive » comme outil parafictionnel au service de nouvelles pratiques archivistes, d’une part pour panser histoires collectives et histoires individuelles, d’autre part pour penser le monde qui nous entoure. À travers l’association de sons, d’images et de vidéos, ses installations s’inscrivent dans une démarche de sensibilisation quant à la fragmentation de nos modes visuels de consommation: dans un monde saturé d’images et d’informations, comment apprendre à regarder ce qui n’est pas rendu visible?Membre du programme F For Fact (Sandberg Institute, Amsterdam) et titulaire de deux Masters en art visuels, l’un en écriture de l’art contemporain, l’autre en recherche-création (Université de Strasbourg, France).

Carmen Keller-Zinck

A propos de l’oeuvre de Carmen Keller-Zinck Son travail est un perpétuel questionnement sur l’homme dans son environnement, son origine, sa finitude. C’est actuellement un projet, une réflexion sur la matérialité et la métaphysique du corps (essentiellement du corps féminin). Vision abstraite ou concrète, ce corps est toujours en confrontation visuelle et physique ainsi qu’en constante mutation. Il évolue dans cet univers oû tout se conjugue au passé-présent-futur. Toujours abordé avec infiniment de respect, le bois est sa matière de prédilection. Bois durs, bois précieux, bois sublimés. Inlassablement elle sculpte, ponce, jusqu’à faire révéler aux essences leur mystère et leur sensualité.

Lizzi Zebisch

Depuis 2011, je connais Lizzi Zebisch. Elle est venue à la galerie Schindel à Fribourg au cours de mes travaux en cours. J’ai peint sur place dans la galerie et elle m’a eu spontanément invité à dîner. À partir de 2012, j’ai essayé de les présenter à certains de mes galeristes, sans grand succès. En 2014, ma femme et moi avons conçu et imprimé un catalogue pour Lizzi (2004 – 2013).
Lizzi Zebisch est née en 1931. Elle n’a ni permis de conduire, ni permis de conduire, ni ordina- teur, ni la moindre idée de son fonctionnement. – C’est comme ça que je m’en occupe et que je l’apprécie. À partir de 2015, nous exposerons encore et encore et avons déjà organisé quelques foires d’art ensemble. Elle aime voyager, parce qu’elle ne le pouvait pas, car son mari décédé en 2010 l’avait répri- mée. Il ne voulait pas qu’elle peigne et devienne indépendante. Depuis la mort de son mari, sa devise est: « peindre, peindre, peindre et rien d’autre! »