o431

Dans le royaume de l’imaginaire, ma démarche artistique s’érige autour du fantastique et des mécanismes mystérieux, explorant les recoins de l’inconscient collectif. À travers une palette visuelle riche et énigmatique, je m’efforce de transcender les frontières de la réalité, plongeant le spectateur dans un univers parallèle où l’extraordinaire se mêle harmonieusement au quotidien.
Les mécanismes mystérieux deviennent les rouages secrets d’un monde parallèle, révélant une réalité alternative où le surnaturel et le tangible coexistent. Chaque coup de ciseau, pinceau, tournevis ou marteau  se veut une invitation à la contemplation, à la découverte d’un univers où l’irrationnel façonne une esthétique unique.
Les créatures fantastiques qui peuplent mes œuvres sont le fruit d’une introspection profonde dans l’obscurité de l’âme humaine, donnant naissance à des figures éthérées et envoûtantes. L’art devient ainsi le portail par lequel le spectateur peut pénétrer un monde parallèle, explorant les méandres de l’inexploré, le mystérieux et le sublime.
Chaque création devient une fenêtre ouverte sur l’insaisissable, où la frontière entre rêve et réalité s’estompe. Les mécanismes mystérieux deviennent des clés qui guident le regardeur à travers un labyrinthe onirique. Ma démarche artistique aspire à susciter l’émerveillement et l’interrogation, à éveiller l’âme exploratrice qui sommeille en chacun, invitant à la contemplation d’un fantastique intemporel et mystérieux.

Odile Liger

Bienvenue dans mon atelier au Neudorf, le garage d’une ancienne entreprise, qui m’a séduite par sa lumière et son espace, où ma presse taille-douce a trouvé une place royale.
Avec ses vitres translucides, l’atelier est baigné d’une lumière douce qui circule tout au long de la journée, rythmant les temps de travail. La presse en est le point central, un outil faisant partie intégrante du processus de travail plastique. L’atelier s’organise autour de la pratique de l’impression.
La circulation autour de la presse me permet une plus grande fluidité entre mes différentes pratiques, des combinaisons possibles entre dessin, lavis, monotype, gravure à l’eau-forte, pointe-sèche et gaufrage. L’emploi de techniques moins toxiques facilite cette hybridation.
Avec plaisir, je vous invite à découvrir mes travaux récents.

Séverine Oudart

Les premiers paysans du monde imaginent des contenants faits d’argile pour des besoins de cuissons ou de conservation. Apparaissent ensuite petites cuillères, louches et puisettes pour distribuer et porter à la bouche.
Comme témoignage des civilisations et de leurs rituels, ces techniques ancestrales ont traversé les millénaires et, encore vivantes, se trouvent aujourd’hui entre mes mains.
Mon intérêt réside dans ce rapport au temps, dans l’archaïsme des techniques de fabrication, l’usage et les formes en tant que support d’expression, leur pérennité, mais aussi leur fragilité.
Je m’intéresse aux objets du quotidien, témoins discrets de notre histoire. Ils parlent d’un lieu, d’un usage, partagent notre intimité. Ils se patinent ou s’abîment, se transmettent de génération en génération. Je suis sensible à ces petites imperfections et aux accidents de parcours qui en font des objets singuliers.
Dans ce rapport aux objets, la relation au « sacré » me questionne. Leurs multiples usages, détournements, les rapports de forces ou de pouvoir qu’ils induisent contribuent à alimenter mon imaginaire.

L’Oeil Ecoute

L’atelier l’Oeil Ecoute se situe à mi pente de la montagne des Vosges, à 700 m d’altitude sous la Chapelle des Vés (très connue), dans une vieille ferme vosgienne de de 1721, rénovée il y a 30 ans. L’accès y est facile car l’atelier se situe au bord du chemin du droit à Le Thillot – 25 km de Gérardmer

Olivia Benveniste

Olivia Benveniste expose pour la première fois à Barr, sa nouvelle ville de résidence. Le 66 Grand’rue est une galerie avec vitrine donnant sur la principale rue commerçante de Barr.

Virginie Olanda

Les dadaïstes et surréalistes manifestent à travers leur collage, leur volonté de se démarquer. Emprunt de ce caractère « V.O. » initiale signée, signifie mon propre désir d’une version originale, originaire. Les traces excessives et successives des superpositions de papiers, déposées et collées par l’Homme témoignent de l’accumulation écrasante et envahissante. Une épaisseur, que je ressens comme étouffante pour abriter vulnérabilité et nudité. Ce processus agressif d’arracher ses affichages sauvages laissés à l’abandon me pousse à disséquer patiemment pièce par pièce, lambeau par lambeau jusqu’à ce que l’amoncellement de couches laisse entrevoir la beauté d’une trace, d’une couleur révélée par le déchirement. Voilà ce qui me répare, la re-composition s’éparpille avec rythme sur la toile. Je décolle.

Timothée Ostermann

Je m’appelle Timothée et je fais de la bande dessinée depuis toujours. Un peu de foot aussi.

Youcef Ouahab

Son premier souvenir? Un oiseau réalisé en papier gratté. C’était en maternelle. Son deuxième souvenir? Un portrait de Robespierre dessiné en combinant uniquement de lettres «c». Impressionné, son instituteur de CM2 a été ravi de pouvoir le garder en souvenir. Quelques décennies plus tard, Youcef en parle encore avec une fierté particulière. Aujourd’hui, l’artiste s’exprime en noir et blanc parfois, en une explosion de couleurs souvent. Des tonalités très colorées, voire «flashy», dit-il, pour «faire remonter un élément particulier» de l’œuvre en devenir, pour «mettre du relief». Youcef a notamment réalisé une série d’autoportraits hurlants rappelant Le Cri de Munch. Tout son univers n’est pas si sombre. Que ce soit au feutre noir, mais aussi et surtout avec le pastel sec ou l’aquarelle, il laisse parler son imagination loin des contraintes de l’hyperréalisme. D’ailleurs, l’oiseau de son enfance ne l’a pas quitté, qui se retrouve fréquemment dans ses œuvres. «J’aime les oiseaux. Ils sont comme des anges, avec leurs ailes.» Avec ses créations, il invite à voyager ailleurs, plus loin.

Mots clés. Dessin, pastel sec, aquarelle, imagination, oiseaux, anges, cris.

Ottrott

L’atelier se trouve au pied du Mont Saint-Odile, dans une ancienne serre où étaient entreposés pendant l’hiver les semis et les plantes pour le jardin de la maison familiale. Son usage initiale explique donc ces grandes fenêtres au raz du jardin qui éclairent l’atelier par l’est et le sud. Ces ouvertures sur le jardin laissent passer une lumière irradiante pendant une bonne partie de la journée. Ce grand espace ouvert sur la nature est idéal pour la recherche et la création artistique. Il n’est pas rare que des amis de l’artiste viennent profiter de cet espace pour travailler sur leurs propres créations. C’est grâce à la profondeur de cet atelier que Valérie Demenge a pu travailler pour la première fois des grands formats (2,5 mètres sur 1,30 mètre) dans le cadre de sa préparation aux chemins d’arts sacrés en 2013. Partagé auparavant entre un petit atelier sous les toits parisiens et cet atelier alsacien, Valérie Demenge est maintenant installé à plein temps à Ottrott et souhaite partager son travail et la beauté de son atelier avec les promeneurs et les passionnés d’art.

Laurent Odelain

Mes créations explorent les liens entre les territoires que je rencontre, l’imaginaire qu’ils me transmettent et les formes qui jaillissent des expérimentations que j’y mène.

Leur genèse à lieu in situ. J’y souligne le décalage grandissant entre notre condition terrestre et ces fantasmes industriels et technologiques nous enjoignant à la dépasser, nous éloignant des simples notions de présence et d’acte. Aux confins de l’écrit, de la sculpture, de la performance et du paysage, je tente de révéler la poésie absurde du faire humain et m’amuse de sa vulnérabilité face à la présence immuable du monde. Les enregistrements vidéos et photographiques permettent l’apparition et le partage d’images et de figures. Je les installe vis-à-vis des formes construites ou rencontrées dans les espaces qui m’animent.

Je m’intéresse à l’usage humain du territoire, dans son exploitation, sa préservation, la vie qui en dispose et s’y établit en le transformant, ou étant transformée par lui. Je me demande comment la géographie conditionne l’esprit et l’action de ceux qui s’y meuvent, en fabriquant des récits et des artefacts.

Dans les gestes que je mets en place, entre philosophie et mythologie, des caractères essentiels et existentiels cherchent à transformer le malaise contemporain en une source poétique. Au fil du temps et des expériences rencontrées, mes travaux constituent un inventaire sensible de lieux et d’actes. Derrière leur facture prosaïque, se glisse une dimension ayant attrait à la solitude, à l’errance et au rituel naïf. Une primitivité affleure et donne corps à des puissances invisibles qui révèlent la présence d’une altérité.