Philippe Deriviere

Créations stylisées en argent incrusté, ou non, de pierres taillées ou autres éléments naturels (corail, ébène,…). Pièces uniques entièrement façonnées selon les méthodes traditionnelles. Bijoux contemporains réalisés sur commande et sur mesure.

Jean – Marc de Balthasar

Né à Colmar dans les années 60, Jean-Marc de Balthasar vit et travaille dans la région de Strasbourg. Autodidacte, il se définit comme un artiste quantique dont l’activité est principalement centrée sur la photographie. Sa créativité peut néanmoins s’exprimer sous différentes formes non exhaustives comme l’image fixe ou animée, l’objet, le dessin et la peinture, la cuisine, les sons et la musique.
En 2016 une rencontre emblématique le guide vers le projet humaniste 1pic4peace (une image pour la paix) visant à développer et se (re)connecter à l’amour, la paix et l’harmonie en réalisant des portraits avec les mains jointes en namasté de gens croisés au hasard du chemin. Après plus de 3000 portraits, il a été convaincu des vertus thérapeutiques de la photo en particulier et de l’art de manière générale. On entend souvent dire qu’une image vaut mille mots, imaginez la puissance de milliers de mots en images pour soigner les maux
et élever la conscience et la vibration de ce monde. Faisant confiance avec la justesse de son intuition, c’est actuellement une voie qu’il se propose de suivre : contribuer à l’équilibre du monde par des portraits d’humains qui révèlent
la joie et la beauté de l’âme en harmonie avec les éléments et la nature, en y associant parfois des symboles et formes de géométrie sacrée.

Manon Debaye

Née en 1993 à Vitry-sur-Seine, je quitte dès que possible ma ville natale pour m’installer à Strasbourg et me consacrer à l’illustration et la bande dessinée. Je travaille aujourd’hui au sein du Grenier, un atelier d’artiste de la structure Garage Coop.

Je collabore régulièrement avec la presse, anime des ateliers de bande dessinée et d’illustration, fabrique des fanzines et écrit des histoires d’amitié, d’amour et de perte. J’aime créer des personnages faillibles,en lutte avec leurs émotions, des dilemmes moraux et dessiner des ambiances mélancoliques et surréalistes.

Diana Dodson

Die Werke von Diana Dodson oszillieren zwischen Abstraktion und Figuration, das Medium der Malerei reflektierend. Zwischen konzeptionellem Kalkül und malerischer Geste entstehen konkret-expressive Arbeiten, die den Malprozess und die physikalischen Eigenschaften der Farbe untersuchen. Naturelemente und geometrische Fragmente treffen sich in ätherischen Farb- und Lichträumen, installative Arbeiten befragen das Verhältnis zwischen Malerei und dreidimsionalem Raum.

Clarisse Daull

Que je taille la pierre, modèle l’argile ou réalise des bronzes, mon travail porte toujours sur l’humain, sa force et sa fragilité. J’aime raconter des histoires par le biais de mes sculptures, des histoires de nos jours et de toujours, dire l’éphémère et l’intangible. J’ai ainsi réalisé une série sur les agrès, une autre sur des femmes en mouvement, mais également proposé une installation sur les réfugiés, conquérants désespérés auxquels je veux ainsi rendre hommage.

Decko

L’atelier de l’artiste André Baldeck dit Decko se trouve à quelques pas de l’église de Morschwiller le Bas. C’est une ancienne bâtisse du début XIXème siècle transformée en atelier et inaugurée en 1980. Elle comprend une mezzanine et fonctionne également comme lieu d’exposition.

Dan Gerbo

Un atelier avec showroom d’environ 300m² où est exposée la Ferrari transpercée avec une trentaines d’oeuvres d’art conceptuel de Dan GERBO. Et en face de la rue un second atelier avec également un showroom de 100m² avec une trentaines d’oeuvres d’art conceptuel et de peintures de Dan GERBO.

Eleonore Descazals

Un jour d’octobre 1999, j’ai mis la première fois les mains dans l’argile, matériau qui m’a de suite happé pour ne plus me lâcher. Vingt années sont passées et enfin fraîchement installée au Séchoir, je peux faire de ma passion, mon métier.
Mon travail en tant que céramiste s’articule comme un langage formel autour d’émotions et de sentiments intimes. J’ai le goût de l’esthétisme, de la couleur et du décors. J’aime le beau et la représentation explicite, qui me permettent d’exprimer des ressentis en les sublimant dans la matière et ce de manière plus explicite que par l’oralité.

Melissa Decaire

Place à ma toute dernière série photographique, accompagnée d’une installation pour “illetrés, didactique, mnémonique et dévotionnelle”. .. « FAITH » est une analyse visuelle et un travail figuratif sur la foi et les grandes questions qui agitent ce monde désenchanté, complexe et fragile. En m’appuyant sur le langage visuel des images pieuses et du « Surréalisme Pop » ( Mark Ryden, David Lachapelle, Pierre & Gilles, Dina Goldstein ), mouvement fidèle à l’expression de la réalité crue ou à la fabrique d’îcones par le prisme d’artefacts issus de la culture pop, ma série de photographies joue avec la science de l’iconographie chrétienne et explore comment le culte marial et l’hagiographie des Saints & Saintes peuvent être compris dans le monde d’aujourd’hui… Derrière mes compositions «colorées, naïves, acidulées», Marie est grande et «le bon chrétien» se transforme en «bon vivant», mais si l’on creuse sous la surface de toutes les valeurs proposées par notre société ultra libérale, se trouve une réflexion consciencieuse aussi bien sur nos tracas quotidiens que sur des sujets étiques, sur des choix politiques et sur la responsabilité humaine. Le projet met au défi le spectateur – religieux ou laïque – de se lancer dans un voyage d’auto-réflexion sur ses propres croyances (dans le sens sociologique du terme) , tout en observant l’importance, voire l’omniprésence du dogme dans la modernité….

Camille Drai

Camille Drai, scénographe et plasticienne, a une affinité particulière pour les matières souples, notamment le textile. A partir de ces matériaux, elle image et conçoit des scénographies et des installations. En 2015, elle découvre l’univers de la Marionnette Contemporaine qui fait résonance avec ses préoccupations artistiques. Elle affirme, alors, ses scénographies comme des univers mobiles, manipulables, où le scénographe devient « marionnettiste de l’espace ». Avec cet univers en constante métamorphose, elle cherche à perturber l’ordre établi de nos représentations, ébranler nos certitudes face au réel et au surnaturel. Elle interroge les mécanismes inconscients et invisibles qui façonnent notre identité et notre conscience humaine.

C’est avec cette ambition qu’elle cofonde, en 2018, la Cie Sans Visage, Cie de Marionnette Contemporaine, avec l’actrice-marionnettiste Shérazade Ferraj. Elle travaille actuellement, en tant que metteure en scène et scénographe, à la création de «  Résurgence  », dont la création est prévue pour Automne 2022 au Manège-CDN de Reims. Le premier spectacle de la Cie, s’intéresse aux liens transgénérationnels et plus particulièrement aux fantômes familiaux. C’est à travers l’oeuvre et la vie du poète visionnaire Arthur Rimbaud, qu’elle a choisi d’explorer ces liens familiaux invisibles.

Parallèlement, elle collabore avec d’autres Cie comme la Cie Muutos, la Cie Juste Après, Cie le 7 au soir, en tant que scénographe, accessoiriste ou constructrice de marionnette. De 2016 à 2018, elle travaille avec l’agence de graphistes, Fabrication Maison, à la conception d’une signalétique originale pour la nouvelle Ecole Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette.