Jean-Baptiste Blocquaux

Peintre et dessinateur autodidacte, le premier intérêt artistique de Jean-Baptiste Blocquaux lui vient du graffiti qui occupera plusieurs années de sa vie.
De l’envie d’entamer un travail plus personnel et de s’employer sur des supports différents il entre en résidence durant deux ans au sein de la friche artistique “la fileuse” à Reims.
Il travaille par thématiques qui donnent lieu à des séries de peintures et de dessins qui murissent jusqu’à l’asséchement naturel du sujet. Ces thèmes peuvent être aussi bien politiques que plus intimes et symboliques. Volontairement à la limite entre l’abstraction et la figuration, ses travaux se penchent sur la dualité de l’intérieur et de l’extérieur et tentent de figurer
l’espace intime de l’être, spirituel et dématérialisé en le traduisant plastiquement en une dimension physique, visible et palpable.
Il vit et travaille en France. (cf www.ateliersmedicis.fr)

Philippe Deriviere

Créations stylisées en argent incrusté, ou non, de pierres taillées ou autres éléments naturels (corail, ébène,…). Pièces uniques entièrement façonnées selon les méthodes traditionnelles. Bijoux contemporains réalisés sur commande et sur mesure.

Jean – Marc de Balthasar

Né à Colmar dans les années 60, Jean-Marc de Balthasar vit et travaille dans la région de Strasbourg. Autodidacte, il se définit comme un artiste quantique dont l’activité est principalement centrée sur la photographie. Sa créativité peut néanmoins s’exprimer sous différentes formes non exhaustives comme l’image fixe ou animée, l’objet, le dessin et la peinture, la cuisine, les sons et la musique.
En 2016 une rencontre emblématique le guide vers le projet humaniste 1pic4peace (une image pour la paix) visant à développer et se (re)connecter à l’amour, la paix et l’harmonie en réalisant des portraits avec les mains jointes en namasté de gens croisés au hasard du chemin. Après plus de 3000 portraits, il a été convaincu des vertus thérapeutiques de la photo en particulier et de l’art de manière générale. On entend souvent dire qu’une image vaut mille mots, imaginez la puissance de milliers de mots en images pour soigner les maux
et élever la conscience et la vibration de ce monde. Faisant confiance avec la justesse de son intuition, c’est actuellement une voie qu’il se propose de suivre : contribuer à l’équilibre du monde par des portraits d’humains qui révèlent
la joie et la beauté de l’âme en harmonie avec les éléments et la nature, en y associant parfois des symboles et formes de géométrie sacrée.

Paul Lannes

J’ai suivi une double formation composée d’un bachelor en arts visuels à la HEAD de Genève puis d’un master en illustration à la HEAR de Strasbourg.

 

Mais avant cela, j’ai surtout grandi dans un petit village entouré de montagnes, où s’est développé mon goût pour la promenade. Je m’inspire des paysages naturels que je parcours pour créer des images chargées de mystère.

 

Aujourd’hui illustrateur, je cherche à déployer mon vocabulaire graphique, dans lequel dialoguent réalisme et fantastique, au sein de livres, d’expositions ou de commandes d’illustration.

Manon Debaye

Née en 1993 à Vitry-sur-Seine, je quitte dès que possible ma ville natale pour m’installer à Strasbourg et me consacrer à l’illustration et la bande dessinée. Je travaille aujourd’hui au sein du Grenier, un atelier d’artiste de la structure Garage Coop.

Je collabore régulièrement avec la presse, anime des ateliers de bande dessinée et d’illustration, fabrique des fanzines et écrit des histoires d’amitié, d’amour et de perte. J’aime créer des personnages faillibles,en lutte avec leurs émotions, des dilemmes moraux et dessiner des ambiances mélancoliques et surréalistes.

Timothée Ostermann

Je m’appelle Timothée et je fais de la bande dessinée depuis toujours. Un peu de foot aussi.

Eloise Rey

J’ai 37 ans et je suis graphiste et illustratrice.

J’ai étudié la littérature avec vue sur les Alpes, l’impression textile sur une colline de Lyon,
le graphisme et l’édition à Strasbourg, où j’ai fini par m’établir pour pratiquer l’illustration.

De toutes ces formations, j’ai gardé le goût des histoires, de la poésie surréaliste et du jeu, du motif, de la trame et des couleurs vives, de la composition et de la calligraphie.

J’aime faire osciller mes lecteurs·trice·s entre humour et étrangeté, et jouer de la contrainte pour provoquer une narration.

Lisa Blumen

On décrit mes histoires comme du “rigolo-mélancolique”. Je trouve ça plutôt vrai. 

J’essaye de trouver la juste note entre le poids des sentiments et la légèreté de la trivialité. 

Pour donner un exemple, c’est comme quand quelqu’un nous raconte une histoire vraiment triste mais que pendant tout le long, il a une feuille de salade coincée entre les dents.

Joachim Galerne

« Pourquoi mangeons-nous ?

Nous avons tous un petit lézard fun dans le ventre qui fournit à nos cellules l’énergie nécessaire. 

//b00¶  ß33p  Þ1  bøøß// ¥º  £1††£€  ßµÞY/V\@n  ‡H3  l2€¶†1£¡4n  ß4ßY ߺ¥// »

Maurice Salmon

Depuis des années je pra.que l’art du suminagashi( les couleurs flo:antes) que j’associe étroitement à mes textes . Relieur de profession je crée ainsi mes propres livres.
J’aime la magie des mots, leurs associa.ons, leur pouvoir de (dé)construc.on, leur malléabilité ; ils sont ma.ère à sculpter ;
J’aime la magie des encres flo:antes, leur souplesse, leur délicatesse, leur faculté de se mouvoir en volutes dans l’eau du bain sur lequel elles sont projetées.
J’aime la rigueur de la typographie s’opposant à la délicate volu(te)pté des couleurs accompagnant le mouvement de l’eau.
J’aime le papier, lui-même né de l’eau, quant il emprisonne dans ses fibres la couleur déposée à la surface du bain, mêlant ainsi les mots , la couleur et la cellulose.
J’aime relier tous ces matériaux liés par l’eau.