François Tresvaux

67000 Strasbourg

 

Dernière participation aux ateliers ouverts
2015

 

Techniques

  • Photographie

 

contact

3 rue martin bucer

67000 Strasbourg

ftresvaux@gmail.com
tél : 03 88 77 52 49

 

    Présentation

    La cause de la lumière
    (extrait)
    On voit dans ces photographies des masses de noir ou de gris qui rappellent les corps stellaires, parsemées de trouées ou de taches qui sont comme des corps de métal joyeusement soumis à l’attraction d’un puissant aimant. Leurs directions sont indécises, ils vont et viennent, cherchant l’assentiment d’un autre corps, ou le hasard d’une rencontre, pour proliférer dans d’autres formes.
    Ce faisant, ils manifestent que leur état est de passer, c’est-à-dire de durer, et donc de se modifier.
    Il s’agit de photographies abstraites : ce que l’on voit est comme le récit porté au jour, sa transcription, du lent travail d’érosion, de creusement et de morsure que la chimie impose au papier. Comme dans la gravure, ce qui est destiné à apparaître doit d’abord profondément s’enfoncer dans l’obscurité de la matière. Ainsi s’illustre ce que la photographie partage avec la peinture, son secret originaire, et sa distinction par excellence : comme les racines de l’arbre qui
    se développent symétriquement par rapport à ses branches et dans la même durée, peinture et photographie développent dans leur fond quelque chose comme une réserve, ou une mémoire, disponible à l’avenir de ce qui se déploie sous nos yeux, que cet avenir soit celui de l’œuvre ou ce qu’en fait le spectateur. Le lien qui unit la face cachée à celle apparente s’appelle la technique, mais une technique prise dans le mouvement de l’aller-retour, de l’une à l’autre, comme la sève qui monte ou descend selon la saison. C’est pourquoi la technique doit être pensée à la fois comme mode d’inscription et mode de révélation. Elle est l’outil nécessaire pour qu’une forme soit et s’accomplisse, une « servante au grand cœur » ; mais ne s’abolissant pas tout entière dans le service de la forme, une part d’elle subsiste qui reprend son indépendance et retourne à sa tâche
    propre, celle de la maturation du matériel déposé dans le fond et qui s’accroît ainsi de ce que la forme n’a pu retenir. Tel est son mode particulier de désœuvrement (à la différence de la déconstruction) dont l’action des fluides chimiques est l’allégorie.
    Il s’agit aussi de photographies figuratives : un arbre, justement, sert de point de départ, puis creusé, érodé par l’action de la lumière que redouble celle des acides, il mute soudain dans une autre espèce et donc un autre dessin : cela peut être le fourmillement des bacilles dans un bouillon ou les galeries hasardeuses des vers dans la terre.
    Il suffit de lire la description des techniques et produits employés par François Tresvaux pour que viennent immédiatement en mémoire les anciens traités de peinture, du moine Théophile ou de Cennino Cennini. On y parle de gélatine, de bromure, de sel d’argent.
    François Tresvaux dit de ses photos : « rien d’autre que quelques grains d’argent emprisonnés dans une gélatine de peau de porc. »
    Nous n’en avons pas encore fini avec le corps.
    Christian Bonnefoi

     

    Parcours

    Expérience professionnelle

    2007 Stage avec George Rousse, Amilly, Loiret
    Stage avec Jean François Bauret, Clarensac, 30
    Stage avec Bernard Plossu, Clarensac, 30
    Stage de Zone-system argentique et numérique avec Serge Gal, Clarensac, 30
    2007 Assistant de plateau au studio Vermès, Paris. Photographie de mode et culinaire

    2009-2010 Animateur au centre artistique des bateliers
    Création d’ateliers de photographie argentique et de procédés anciens. (Enfants et adultes)
    2010 Stage avec Dominique Sudre à Lyon : Mordançage, papier albuminé et tirage platine
    Depuis 2010 : Création d’un laboratoire associatif et d’une galerie associative
    Président de l’association « SIMAgO »
    Depuis 2008 : Veilleur de nuit à l’hôtel de l’Europe, Strasbourg
    Expositions
    2006 Exposition collective au centre audiovisuel de Grenoble
    2006 Exposition personnelle au Restaurant « Aux petits plaisirs » à Grenoble
    2007 Exposition collective avec l’école « Image ouverte » à Clarensac
    2007 Exposition collective à la galerie Ripert de Bollène
    2009 Exposition collective à la galerie AGART : « carte blanche à Serge Gal », Amilly
    2016 Exposition collective aux « Photofolies » de Dambach
    2017 Exposition collective à la galerie « POCTB », Orléans
    2021 Exposition collective Sainte Cécile les Vignes
    Formation
    2006-2007 Ecole de photographie Image Ouverte (Clarensac – Gard), dirigée par Serge GAL
    CAP photographie